1992 : Année olympique

                                                    

 

Accueillir un jour les Jeux olympiques d'hiver dans le plus vaste domaine skiable du monde est une idée qui s'imposait naturellement aux Savoyards depuis longtemps. Le site olympique intègre à lui seul des espaces skiables de notoriété internationale, comme les 3 Vallées (Courchevel, Méribel, Les Ménuires / Val Thorens) avec 500 km de pistes équipées de 200 remontées mécaniques et 600 canons à neige, et l'Espace Killy, qui s'étend de Tignes à Val d'Isère et offre plus de 300 km de pistes. La Plagne et Les Arcs comptent également parmi les domaines skiables les plus importants d'Europe. Sans oublier le ski de fond, aux saisies, sans doute le plus remarquable site de ski nordique des Alpes du Nord, face au Mont Blanc. En bordure des sites olympiques, le Parc de la Vanoise offre au promeneur un espace naturel préservé de 53000 ha. En Savoie, les sports d'hiver, les loisirs et les compétitions sont une tradition centenaire, un mode de vie, et plus encore un état d'esprit...

  Ces atouts font d'Albertville et de la Savoie une terre naturellement et historiquement olympique : en effet, avec les Jeux d'Albertville en 1992, les Alpes françaises accueilleront pour la 3ème fois les Jeux olympiques d'hiver, après Chamonix en 1924 (les premiers Jeux d'hiver) et Grenoble en 1968. 

Organisation

Les autres villes candidates étaient Anchorage (États-Unis), Berchtesgaden (Allemagne), Cortina d'Ampezzo (Italie), Lillehammer (Norvège), Falun (Suède), et Sofia (Bulgarie).

 Les co-présidents du comité d'organisation étaient Jean-Claude Killy, champion olympique et Michel Barnier, président du Conseil général de la Savoie. Il y eu un griset de montagne Ce sont les derniers Jeux olympiques d'hiver à avoir eu lieu la même année que les Jeux olympiques d'été.

 Les cérémonies d'ouverture et de clôture, mises en scène par le chorégraphe Philippe Decouflé, ainsi que 18 des 57 épreuves ont eu lieu à Albertville. Les autres épreuves ont eu lieu dans les stations de ski proches de Tarentaise et du Beaufortain : Les Arcs, Courchevel, Les Ménuires, Méribel, La Plagne, Pralognan-la-Vanoise, Les Saisies, Tignes et Val-d'Isère. Le village olympique était situé à Brides-les-Bains et les centres de presse à Moûtiers - centre international de Radio et Télévision - et à La Léchère - centre principal de Presse -. Les villages d'accueil des XVI° Jeux Olympiques d'hiver étant Valmorel et la Tania.

                                                                        

Dates clés

11 décembre 1982 : annonce de la candidature de la Savoie aux Jeux Olympiques.

17 octobre 1986, à Lausanne : la Ville d'Albertville est choisie pour l'organisation des XVIe Jeux Olympiques d'hiver en 1992.

30 mars 1988 : Michel Barnier et Jean-Claude Killy sont nommés coprésidents du Comité d'organisation des Jeux Olympiques.

14 décembre 1991 : la flamme olympique arrive à Paris, en provenance d'Athènes. Le parcours de la flamme traverse toute la France, sous forme de relais, jusqu'à Albertville entre les mains de Michel Platini.

Arrivée de la flamme olympique: cliquez sur le lien pour voir la vidéo

8 février 1992 : cérémonie d'ouverture. Mise en scène réalisée par Philippe Decouflé qui donnait le coup d'envoi de cette épopée durant deux semaines, faisant rêver les Albertvillois et le monde entier.

23 février 1992 : cérémonie de clôture. La Flamme s'éteint, laissant derrière elle, des milliers de spectateurs, bénévoles, athlètes...

                                                           

La cérémonie d'ouverture

voir la cérémonie                                 plus encore sur la cérémonie

Les sites sportifs

Albertville

rémonies d'ouverture et de clôture
Patinage de vitesse
Short track
Patinage artistique couple
Patinage artistique individuel homme
Patinage artistique femme

Les Arcs

Ski de vitesse (démonstration)

Courchevel

Saut à ski
Combiné nordique
Patinoire d'entraînement pour le hockey

Les Ménuires -Val Thorens

Slalom spécial Messieurs

Méribel

Ski alpin Dames
Hockey sur glace

La Plagne

Bobsleigh
Luge

Pralognan-la-Vanoise

Curling (démonstration
)

Les Saisies

Ski nordique
Biathlon

Tignes

Ski artistique et acrobatique
(ballet et saut en démonstration)

Val d'Isère

Ski alpin Messieurs
(Super G, Combiné, Descente)

 Hébergements

 Brides -les-Bains : Village olympique

 Les Saisies : Village olympique annexe

 La Plagne, Tignes, Val d'Isère : Hébergements complémentaires

 La Tania, Valmorel, Doucy : Hébergements complémentaires

 La Léchère : Centre principal de presse

 Moûtiers : Centre International de Radio-Télévision (CIRTV)

Quelques chiffres

2 152 athlètes, originaires de 65 pays.

8 647 volontaires.

110 médailles remportées dont 9 pour la France (3 médailles d'or, 5 médailles d'argent, 1 médaille de bronze).

Plus de 2 milliards de téléspectateurs ont suivi la retransmission des Jeux Olympiques dans 82 pays.

18 des 57 épreuves ont eu lieu à Albertville

Faits marquants 

Le ski artistique, le patinage de vitesse sur piste courte et le biathlon féminin ont fait l'objet d'épreuves pour la première fois.

Les skieurs norvégiens ont gagné toutes les épreuves masculines de ski de fond. Bjørn Dæhlie et Vegard Ulvang ont gagné chacun trois médailles d'or.

La patineuse de vitesse Bonnie Blair a gagné les épreuves du 500 et du 1000 m ; Gunda Niemann a gagné les deux épreuves les plus longues (3000 et 5000 m).

Toni Nieminen, 16 ans, a été le plus jeune vainqueur d'une épreuve aux JO d'hiver.

Mark Kirchner a été le premier biathlète à gagner une médaille dans chacune des trois épreuves de biathlon.

La skieuse Petra Kronberger a gagné à la fois le combiné et le slalom.

L'italien Alberto Tomba est le premier skieur à conserver son titre olympique en ski alpin. Il remporte l'or en slalom géant, comme à Calgary quatre ans plus tôt. Il gagne également la médaille d'argent en slalom.

Kim Ki-hoon a gagné la médaille d'or dans les deux épreuves de patinage de vitesse sur piste courte.

L'équipe allemande est réunifiée pour la première fois depuis 1936.

La Croatie et la Slovénie participent pour la première fois comme nations indépendantes.

Les pays baltes sont de retour : la Lituanie participe pour la première fois depuis 1928, l'Estonie et la Lettonie pour la première fois depuis 1936.

Plusieurs des pays qui composaient l'URSS (Russie, Ukraine, Kazakhstan et Ouzbékistan) participent ensemble au sein de l'Équipe unifiée (EUN).

 

Médailles

RangNationOrArgentBronzeTotal
1 Drapeau d'Allemagne Allemagne 10 10 6 26
2 Drapeau Équipe unifiée 9 6 8 23
3 Drapeau de Norvège Norvège 9 6 5 20
4 Drapeau d'Autriche Autriche 6 7 8 21
5 Drapeau des États-Unis États-Unis 5 4 2 11
6 Drapeau d'Italie Italie 4 6 4 14
7 Drapeau de France France 3 5 1 9
8 Drapeau de Finlande Finlande 3 1 3 7
9 Drapeau du Canada Canada 2 3 2 7
10 Drapeau de Corée du Sud Corée du Sud 2 1 1 4
11 Drapeau du Japon Japon 1 2 4 7
12 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1 1 2 4
13 Drapeau de Suède Suède 1 0 3 4
14 Drapeau de Suisse Suisse 1 0 2 3
15 Drapeau de Chine Chine 0 3 0 3
16 Drapeau du Luxembourg Luxembourg 0 2 0 2
17 Drapeau de Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 0 1 0 1
18 Drapeau Tchécoslovaquie 0 0 3 3
19 Drapeau de Corée du Nord Corée du Nord 0 0 1 1
20 Drapeau d'Espagne Espagne 0 0 1 1

 

Les Français

Résultats de l'équipe de France

 

Les épreuves sur le domaine des Saisies

 La cérémonie de clôture

Voir en cliquant ici

Albertville : l'héritage des Jeux Olympiques

Alors qu'Albertville célèbre les 20 ans de ses JO, l'héritage de l'événement est encore vivace en Savoie.

                                                      

 Avec la construction de nombreuses infrastructures routières et sportives, les jeux Olympiques d'Albertville de 1992 ont permis à la Savoie d'accélérer son développement touristique, même si le coût de certains équipements pèse encore sur le budget des collectivités.

"On a gagné 20 ans", assure Hervé Gaymard, président du conseil général de Savoie. "Si on n'avait pas eu les Jeux, on parlerait encore de travaux à réaliser." Parmi les héritages les plus visibles laissés par les Jeux, les infrastructures routières arrivent en effet en tête : prolongement de l'autoroute A 43 entre Chambéry et Albertville, 2x2 voies jusqu'à Moûtiers.

"Cela a désenclavé la vallée", souligne M. Gaymard. Car "le drame de la Tarentaise, c'est qu'on y a construit les stations (de ski) avant de construire les routes. On avait un retard énorme", souligne-t-il.

Ce désenclavement, qui a permis de rompre avec les bouchons monstres du passé, "on le ressent toujours", confirme Richard Broche, maire de Mâcot-La Plagne, commune où est située la station du même nom. "Si on n'avait pas eu les Jeux, ça serait catastrophique en termes de circulation", ajoute-t-il.

De même, l'électrification de la ligne ferroviaire jusqu'à Bourg-Saint-Maurice permet à des milliers de skieurs de se rendre en TGV au pied des montagnes. A cela s'ajoutent les travaux d'embellissement de la vallée via la suppression de friches industrielles et la rénovation de nombreux hôtels.

Par ailleurs, l'extraordinaire médiatisation des Jeux a constitué une formidable vitrine pour les produits savoyards, avance René Chevalier, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Chambéry.

"Aujourd'hui, le monde entier connaît le Beaufort et l'opinel et les Jeux en sont en partie responsables. Et quand vous dites à l'étranger que vous êtes savoyard, tout le monde pense aux JO", raconte-t-il.

Vingt ans après, le bilan économique apparaît donc plutôt positif pour ce département qui réalise 50% de son activité autour du tourisme. D'autant que le déficit des Jeux (42,5 millions d'euros) a été en grande partie épongé, même si certains équipements construits pour l'occasion pèsent encore sur les budgets publics.

Ainsi, le tremplin de saut de Courchevel affiche un déficit de 300.000 à 400.000 euros par an, la piste de bobsleigh de La Plagne perd 250.000 euros tandis que la Halle olympique d'Albertville coûte 600.000 euros. Mais pour le maire de La Plagne, "le jeu en vaut la chandelle" car la piste de bobsleigh, la seule en France, est "un outil de communication important" pour la station.

A Albertville, la rénovation de la Halle pour 6 à 7 millions d'euros est programmée, de même que celle de l'hôpital, construit "à l'économie" pour les Jeux et qui "n'a pas été une grande réussite", selon le maire Philippe Masure. Surtout, la ville veut capitaliser sur sa renommée mondiale car "la grande majorité des touristes ne fait que passer" avant de monter en station, ajoute-t-il.

Une des communes qui a le plus profité des Jeux est paradoxalement celle qui était le plus mal en point à leur issue. Brides-les-Bains (600 habitants), qui avait abrité le village olympique, s'était retrouvée en quasi-faillite dès 1992 en raison d'investissements colossaux.

Aujourd'hui, la station thermale est devenue une station de sports d'hiver grâce à la télécabine qui la relie au domaine skiable des Trois Vallées, construite à l'occasion des Jeux.

Ses hôtels, qui n'ouvraient que d'avril à octobre, sont désormais remplis onze mois sur douze, générant une importante taxe de séjour. Et la commune a ramené son endettement à zéro.

                                            

Voir le bilan des JO

                                                       

Les 20 ans des J.O. aux Saisies - 19/20 de France 3 le 21/02/12       voir la vidéo

JO d'Albertville : 20 ans après (Envoyé spécial France 2)  

                     


La Maison des Jeux olympiques, centre d'exposition sur l'olympisme, les sports d'hiver et la montagne, située au centre d'Albertville, restitue l'ambiance des XVIèmes Jeux olympiques d'hiver d'Albertville et de la Savoie. Elle se visite tout au long de l'année.

Maison des Jeux Olympiques
11, rue Pargoud
73200 Albertville
Tél. 04 79 37 75 71

 

 

Date de dernière mise à jour : 29/04/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×