A voir dans le Beaufortain

 

    Beaufort sur Doron (office du tourisme : 0479381533 ou 0479383757)

 - le vieux village : il se masse sur la rive gauche du torrent. L’église est un bon type de sanctuaire savoyard, avec sa poutre de gloire, ses autels de bois sculpté et doré. La chaire (1722) est un extraordinaire travail de boiserie.

- la coopérative laitière (tel 0479383362) : si la galerie d’exposition évoque la fabrication du beaufort à l’alpage avec de vieux ustensiles de bois, l’atelier moderne qu’on aperçoit derrière la baie vitrée nous ramène à l’ère de l’industrialisation . Les caves sont restées plus traditionnelles ; 22000 meules (850 t) de beaufort en sortent chaque année

 

    Boudin : à 3 km à l’est d’Arêches. Un hameau superbe aux maisons posées comme les marches d’un escalier géant. Comme la poignée de chalets qui regardent le soleil, la mignonne chapelle Saint-Jacques a , sous son clocher à bulbe, un toit recouvert d’ancelles (tuiles d’épicéa).

Ici, les champs sont tellement inclinés que les chiens sont obligés de s’asseoir pour pouvoir aboyer s’ils ne veulent pas culbuter (il s’agit d’une plaisanterie savoyarde)

 

 

   Le mont Bisanne : tourner à gauche avant d’arriver aux Saisies, puis rouler sur 3 ou 4 kms. Laisser la voiture, juste avant de reprendre la descente sur Villard sur Doron et continuer à pied (hiver) en direction du restaurant panoramique de Bisanne (1939m). Là, vous aurez un 360° magnifique : vue sur le massif du Mont-Blanc, les Aravis, le Beaufortain (la Pierra Manta), la Combe de Savoie, et plus loin la chaîne des Ecrins.

 En été, possibilité d'accéder au sommet en voiture.

 

 

      Le lac de Roselend : depuis Boudin, on peut gagner le col des prés par une route superbe mais impressionnante…On découvre ensuite l’ensemble du lac réservoir (187 millions de m3) dans son austère solitude. Ce barrage à contreforts (940000 m3 de béton) prend appui sur une voûte obstruant la gorge du Doron.

De là les eaux sont précipitées d’une hauteur de 1200m, par des conduites, sur la centrale de La Bathie, en basse Tarentaise. Le Beaufortain constitue un château d’eau minutieusement exploité (lac de la Girotte, de St Guérin, de la Gittaz)

Après un belvédère aménagé, côté rive gauche, la route emprunte la crête de l’ouvrage et longe la retenue qui a noyé le village de Roselend (la chapelle est une copie de l’ancienne église). On accède ensuite au Cormet de Roselend qui fait communiquer les vallées de Roselend et des Chapieux et ensuite permet de rejoindre Bourg St-Maurice.

Plus d'informations dans la rubrique "Les barrages"; voir également les anciennes cartes postales du village de Roselend, ainsi que la vidange totale du barrage dans les albums photos

 

Albertville

 Depuis ses origines, Albertville, située à la croisée de 4 vallées alpines la Combe de Savoie, la Tarentaise, le Val d’Arly et le Beaufortain a toujours été une terre d’échanges et de rencontres. 

Depuis sa création en 1836 par le roi Charles-Albert qui réunit la cité de Conflans et le bourg de l’Hôpital, Albertville s’est développée par les échanges commerciaux entre la France, l’Italie et la Suisse ; elle a maîtrisé ses cours d’eau en y installant une industrie prospère (papetterie, tannerie, hydro-électricité...) pour devenir la cité administrative de tout un arrondissement.

Dans la 2ème moitié du XXe siècle, l’essor des sports d’hiver et le maintien d’une agriculture vivante ont conforté sa position de ville au pied des montagnes.

Le 8 février 1992, les XVIe Jeux Olympiques d'hiver propulsent Albertville sous les feux des projecteurs, son nom est alors prononcé avec tout les accents du monde, elle devient terre de rencontre de tous les pays animés par le même enthousiasme à partager l'exploit.

Albertville cité olympique       Découverte du patrimoine      Musée d'art et d'histoire     Maison des Jeux Olympiques d'hiver

   Conflans : à 20 km d’Hauteluce, ce bourg médiéval se visite à pied. On franchit la muraille édifiée au XIVe siècle par la porte de Savoie. La rue Gabriel Pérouse s’élève ensuite, jalonée d’anciennes boutiques où travaillaient rémouleurs, herboristes… désormais occupées par des ateliers d’artisans et des galeries d’art.

Dans l’église Saint-Grat se cache une superbe chaire à prêcher. Sur la Grand-Place, la Maison Rouge du Xve siècle abrite un musée d’art et d’histoire (Tel 0479325742).

A sa droite, une ruelle grimpe vers les jardins de la tour Sarrazine (XIIe)où on soufflera sous une bucolique treille. Ensuite, on peut redescendre vers le château Manuel de Locatel.

Voir les animations d'été

Date de dernière mise à jour : 12/02/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site